Débloquez la valeur nette de votre maison

de lecture

Article

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 13 juin 2022

Si vous êtes propriétaire d’une maison et que vous détenez un prêt hypothécaire, vous avez probablement entendu parler de la marge de crédit hypothécaire (MCH). Si vous envisagez d’être propriétaire d’une maison dans un proche avenir, vous devez en savoir plus sur cette façon pratique d’emprunter de l’argent.

Qu’est-ce qu’une MCH?

Techniquement, une MCH est un deuxième prêt hypothécaire, mais à bien des égards, il s’agit plutôt d’une marge de crédit renouvelable ou d’une carte de crédit. C’est que, même si votre banque ou votre société de prêt hypothécaire peut approuver votre demande de MCH, vous ne recevez pas de facture tant que vous ne retirez pas de fonds. Toutefois, contrairement à une carte de crédit ou même à une marge de crédit traditionnelle, le taux d’intérêt sur l’argent que vous retirez d’une MCH est assez faible parce qu’il est garanti par votre maison.

Comment fonctionne-t-elle?

Il existe deux types distincts de MCH : la marge de crédit hypothécaire combinée à une hypothèque et la marge de crédit hypothécaire indépendante. Le montant auquel vous avez droit peut varier, mais en règle générale, la limite correspond à un maximum de 65 % du prix d’achat ou de la valeur marchande de votre maison.

Quels en sont les avantages et les inconvénients?

Une MCH constitue un moyen pratique de puiser dans la valeur nette de votre maison pour effectuer des rénovations ou de servir comme source de fonds d’urgence. Elle peut représenter une façon ingénieuse de consolider vos autres dettes, en particulier les dettes sur les cartes de crédit à taux d’intérêt élevé.

Un peu de bon sens vous aidera grandement à décider si une MCH vous convient. Par exemple, il n’est pas prudent de souscrire une MCH pour financer des dépenses importantes comme une voiture de luxe ou des vacances somptueuses. De même, utiliser une MCH pour faire des rénovations domiciliaires non essentielles en période de récession, lorsque la sécurité d’emploi peut être fragile, est également un mauvais choix. Tant que votre revenu est suffisant et stable et que la raison pour laquelle vous utilisez une MCH est logique, le risque que vous tombiez dans le piège de l’endettement est généralement faible.

Même si le taux d’intérêt d’une MCH est relativement faible, il peut augmenter si la Banque du Canada augmente les taux, comme elle le fait actuellement. De plus, pareillement à un prêt hypothécaire, votre prêteur s’attend à ce que vous versiez un paiement minimum chaque mois sur les intérêts et le capital que vous devez. Donc, lorsque vous faites des calculs et que vous déterminez si une MCH vous convient, assurez-vous de ne pas épuiser vos finances, car des hausses rapides des taux d’intérêt pourraient faire en sorte que vos paiements mensuels soient beaucoup plus élevés qu’au début du prêt.

Sachez également que quand vous souscrivez une MCH, il existe d’autres coûts qui y sont associés, comme les frais d’évaluation de maison, les frais juridiques et les frais de recherche de titre, entre autres.

Enfin, avant d’apposer votre signature au bas de la page, assurez-vous de lire attentivement les modalités de la MCH, car elle peut comprendre des dispositions qui ne vous conviendront pas. Par exemple, dans certaines circonstances, le prêteur peut exiger que vous payiez la somme totale due. De plus, si vous omettez d’effectuer des paiements, votre cote de crédit peut en souffrir et le prêteur peut prendre possession de votre maison.

De nouvelles MCH ont été créées à un rythme accéléré au cours des dernières années, et de nombreux experts craignent que les Canadiens comptent trop sur elles. De nombreux propriétaires peuvent avoir de la difficulté à composer avec les hausses rapides de taux d’intérêt. Il est donc important de comprendre les risques associés aux MCH et de connaître vos limites financières.

Voulez-vous en savoir plus sur les MCH ou d’autres façons d’emprunter? Communiquez avec nous dès aujourd’hui.

Cet article vise à fournir des renseignements strictement généraux sur certains sujets et ne doit pas être considéré comme un avis fiscal ou juridique. Veuillez obtenir un avis professionnel indépendant pour évaluer votre situation particulière. iA Gestion privée de patrimoine est une marque de commerce et un autre nom sous lequel iA Gestion privée de patrimoine inc. exerce ses activités. iA Gestion privée de patrimoine inc. est membre du Fonds canadien de protection des épargnants et de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières.

Actualités connexes

L’année tire à sa fin : comment gèrerez-vous vos dépenses?

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 23 novembre 2023 À l’approche de la fin de l’année, le moment est tout indiqué pour évaluer vos dépenses avec l’objectif de redresser vos finances. Nouvelle année, nouveau départ. Lorsque vous avez le contrôle de vos dépenses et que vous êtes en mesure d’accumuler votre patrimoine, au lieu de vous endetter davantage, vous facilitez l’atteinte de vos objectifs financiers à court et long terme. Comment réussir la gestion de vos dépenses à la fin de l’année? Voici quelques conseils judicieux. Élaborez un plan de patrimoine. Si vous n’avez pas encore retenu les services d’un conseiller, il s’agit d’une bonne résolution pour le nouvel an. Nous avons tous des objectifs précis à atteindre et un plan rigoureux peut vous donner un coup de main en 2024. Un plan de patrimoine développé par un professionnel tient compte de vos circonstances, de vos objectifs, de votre horizon temporel et de votre tolérance au risque. Il vous aidera à épargner, investir, gérer votre dette et optimiser votre situation fiscale. De plus, vous pouvez l’adapter en fonction de l’évolution de votre situation et de l’étape de votre vie. La création et le maintien d’un plan de patrimoine personnalisé requièrent une formation, des compétences et une expérience uniques, d’où la valeur d’un conseiller qualifié. Dressez un budget. L’établissement du budget est un élément-clé de la planification du patrimoine. À la base, un budget suit vos sources de revenus et vos dépenses sur une période donnée (chaque mois, par exemple). Il vous offre un aperçu constant de votre gestion de l’argent et vous permet d’identifier les éléments à améliorer. Lorsque le temps des Fêtes bat son plein, il est facile de trop dépenser lors d’événements sociaux et pour des cadeaux. En cette fin d’année, portez une attention particulière aux dépenses et à votre dette en établissant un budget raisonnable et en le respectant. Consolidez votre dette. La somme que vous dépensez pendant les Fêtes est essentiellement discrétionnaire, mais quelques fois, il est impossible de ne pas s’endetter davantage. La plupart des gens ont des paiements hypothécaires, un prêt automobile, des dépenses à faire sur la maison, etc. Un conseiller peut analyser vos dettes et collaborer avec vous et votre institution financière afin de déterminer s’il est avantageux de procéder à une consolidation et de réduire le taux d’intérêt applicable à un prêt ou une marge de crédit. Souvent, la consolidation de vos dettes représente un excellent moyen pour réduire vos dépenses globales. Engagez-vous à épargner. Certes, il est important de réduire votre endettement, mais épargner l’est tout autant. Une bonne stratégie consiste à vous payer en premier en déposant un montant fixe (10 % par exemple) de chaque paie dans un compte d’épargne ou d’investissement. Ainsi, vous accroissez votre patrimoine à long terme, tout en ne succombant pas à la tentation de trop dépenser. Par ailleurs, la fin d’année est une excellente occasion de prévoir un montant à investir dans des régimes enregistrés l’année suivante. Le 1er janvier, par exemple, vous pouvez commencer à verser les cotisations annuelles à votre REER ou CELI. Vous pourrez non seulement réduire vos dépenses en vous forçant à épargner, mais vous bénéficiez également des avantages fiscaux plus tôt dans l’année. L’épargne prend aussi la forme de l’argent que vous mettez de côté pour les urgences, comme une perte d’emploi, d’importantes réparations à un véhicule ou à la maison, une maladie grave, etc. Personne ne sait quand nous aurons un besoin urgent d’argent. Par conséquent, un fonds d’urgence (plusieurs experts recommandent un montant correspondant aux dépenses du ménage sur 3 mois) est primordial pour garantir votre préparation et votre tranquillité d’esprit. Il est toujours judicieux de garder le contrôle de ses dépenses. La fin d’année sert souvent de motivation aux personnes qui veulent prioriser leurs finances et apporter des changements l’année suivante.
Est-ce le moment d’organiser une réunion financière de famille?

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 11 octobre 2023 Lorsque vous pensez aux réunions de famille, vous songez probablement aux occasions spéciales, comme le temps des Fêtes, les anniversaires de naissance et les anniversaires de mariage. Ce sont là de bonnes raisons de réunir les générations, mais il existe un autre genre de réunion tout aussi importante : la réunion financière de famille. C’est vrai qu'il peut être difficile et délicat de discuter de ses besoins en matière de soins de santé et de ses projets successoraux, mais il est bénéfique pour toute la famille que tout le monde soit sur la même longueur d'onde en ce qui concerne nos intentions. Les questions financières peuvent être émotionnelles et controversables. Une discussion transparente peut donc réduire les malentendus, les désaccords et les conflits. De plus, vous aurez l'esprit tranquille en sachant que vos souhaits en matière d'héritage ont été pleinement et efficacement communiqués. Sujets de discussion Vous êtes le mieux placé pour savoir comment se déroule la dynamique de votre famille. Alors, tenez-en compte lorsque vous décidez qui doit participer à la réunion. Il est logique d'inclure tous les enfants, mais c'est à vous de décider, au meilleur de votre jugement, si leurs conjoints ou partenaires et leurs enfants doivent être invités. La fréquence des réunions financières dépend des circonstances, mais il est souvent utile d'en organiser une à la suite d'un changement important, dont le départ à la retraite, un décès dans la famille ou un événement monétaire notable, comme la vente d'une entreprise ou un héritage récent. Vous trouverez ci-dessous sept sujets souvent abordés lors des réunions financières de famille. Ils ne s'appliquent peut-être pas tous à votre situation, et vous pourriez en avoir d'autres qui ne figurent pas dans la liste : Conditions de vie (par exemple, vieillir sur place, réduire la taille du foyer, habiter avec la famille, déménager dans une autre ville, une autre province ou un autre pays, résider dans un foyer pour personnes âgées ou un centre de soins infirmiers). Que faire du chalet familial ou d'autres propriétés? Vos choix en matière de liquidateur testamentaire ou d'exécuteur testamentaire (selon la province de résidence) et de procuration, ainsi que les raisons qui les motivent. Intention et directives en cas d’incapacité potentielle, les soins de fin de vie et les funérailles. La répartition du patrimoine dans le cadre de votre plan successoral (par exemple, la manière dont vous souhaitez diviser vos biens et vos possessions particulières, l'inclusion ou non des petits-enfants, vos objectifs philanthropiques); justifiez ces décisions afin que vos proches en comprennent le « pourquoi ». Advenant que vous soyez propriétaire d'une entreprise, quel est votre plan de succession? Les membres de la famille en feront-ils partie? Allez-vous vendre? Si vous avez une protection d'assurance, informez vos proches des détails de votre police. La réunion de famille est également l'occasion d'aborder le « côté plus doux » des finances, comme votre vision de l'argent, les difficultés que vous avez pu rencontrer lors de la constitution de votre patrimoine et la manière dont vous voyez que vos proches gèrent leurs propres finances. Transmettre la sagesse que vous avez acquise au fil des ans est un excellent moyen pour la famille d'apprendre de vous et d'engager un dialogue constructif sur l'argent et la responsabilité financière. Qu’est-ce qui fait la réussite d’une réunion de famille? Mettez l’emphase sur le fait qu'il ne s'agit pas d'un rassemblement ordinaire, bien qu'une composante sociale puisse être ajoutée une fois les formalités terminées. Essayez de trouver un ton équilibré : il s'agit d'une réunion financière sérieuse qui aborde des sujets lourds ou émotionnels, mais il n'est pas nécessaire qu'elle soit sombre. Les conseillers en placement, les avocats et les comptables n'assistent généralement pas à la réunion, mais ils peuvent participer à sa préparation, notamment en aidant à expliquer les termes techniques ou les concepts complexes que vous devrez peut-être aborder. Donnez aux participants suffisamment de temps pour assimiler toutes les informations. Comme il est possible que vous ne puissiez pas tout résoudre en une seule fois, prévoyez une réunion de suivi au besoin. Les conversations en personne sont idéales car il est plus facile de « lire les gens » et de communiquer efficacement, mais si certaines personnes ne peuvent pas être présentes, une réunion virtuelle ou hybride peut faire l'affaire. Vous pouvez organiser la réunion chez vous par souci de familiarité, mais n'importe quel endroit confortable, raisonnablement exempt de distractions et propice à une discussion ouverte suffira. Créez et distribuez un ordre du jour à l'avance afin que les participants soient au courant du sujet et puissent préparer des questions ou des commentaires. Respectez également les « règles d'engagement » de base, telles que ne pas interrompre les orateurs et ne pas lancer d'attaques personnelles, afin que la réunion se déroule sans heurts et que la conversation reste respectueuse, même lorsque des objections sont exprimées. À la fin de la réunion, résumez la discussion, partagez les prochaines étapes et attribuez les roles et responsabilités nécessaires. Veillez à tenir votre conseiller et les professionnels concernés au courant des décisions prises lors de la réunion de famille, afin qu'ils puissent continuer à vous conseiller le mieux possible. <!-- We can help you with a wealth plan that addresses tax efficiency, so contact us today. -->
Les coûts de l’éducation postsecondaire

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 23 août 2023 Les étudiants ont beaucoup à gagner avec un diplôme postsecondaire, comme une carrière, des aptitudes sociales plus développées et de vastes connaissances. Malheureusement, l’éducation postsecondaire n’est pas gratuite. En effet, les coûts totaux peuvent exploser si votre enfant s’inscrit à un établissement loin de la maison. De plus, vous devriez faire un budget et prévoir les effets de l’inflation si votre enfant est encore jeune. Dépenses importantes Grâce à un plan détaillé et à un budget rigoureux, plusieurs familles sont en mesure d’investir dans l’avenir de leurs enfants. Avant d’aborder les produits d’épargne-études, débutons avec les trois principales dépenses. Droits de scolarité : Parmi les facteurs qui ont une incidence sur les droits de scolarité, notons l’école et le programme choisis, le régime à plein temps ou à temps partiel et la citoyenneté. Il faut également prévoir des sommes pour les fournitures scolaires, les manuels et le matériel de cours, entre autres. Logement : Ces coûts sont essentiellement ceux d’un appartement sur le campus ou à l’extérieur (si votre enfant loue seul ou a des colocataires). Les frais d’alimentation peuvent comprendre un plan de repas sur le campus et l’épicerie, les restaurants ou manger à la maison. Notons aussi les coûts d’électricité et de services publics, de téléphone, d’internet, de câble, d’assurance et d’habillement, ainsi que les soins personnels et le divertissement. Transport : Ces coûts peuvent varier. Les étudiants qui restent chez leurs parents peuvent utiliser le transport en commun et le covoiturage, marcher ou prendre un vélo. Certains voudront conduire et même acheter une voiture (soit celle de la famille ou leur propre auto), ce qui encoure des frais d’entretien, de stationnement, d’assurance et d’essence. Si votre enfant déménage, il faut planifier les coûts de transport pour se rendre à l’école et revenir à la maison (auto, autobus, train ou avion). Joindre les deux bouts Lorsque vous avez une bonne idée des dépenses, l’autre partie du budget consiste à les financer. Un budget comptabilise vos dépenses et vos revenus, et vous permet de savoir si vous êtes sur la bonne voie. Voici cinq sources d’argent bien connues que vous pouvez utiliser pour financer l’éducation postsecondaire de votre enfant : REEE : Le régime enregistré d’épargne-études (REEE) représente un excellent moyen d’épargne en prévision de l’éducation des enfants. Dans un REEE, la croissance des placements est à l’abri de l’impôt jusqu’au moment du retrait des sommes. De plus, si l’étudiant a une tranche d’imposition peu élevée lorsqu’il a besoin de ses épargnes pour l’école (ce qui est habituellement le cas), l’incidence fiscale sera minime. Il est peut-être admissible à la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) et au Bon d’études canadien, soit deux sources de fonds supplémentaires. Épargnes personnelles. L’étudiant peut puiser dans ses épargnes accumulées à cette fin, et les parents et grands-parents sont souvent disposés à contribuer aux études de la nouvelle génération. Emprunt. Le gouvernement fédéral prévoit une aide financière aux étudiants dans le besoin. Votre enfant pourrait être admissible à une subvention ou un prêt gouvernemental. Dans cette éventualité, il peut utiliser cette somme pour couvrir certaines dépenses scolaires, sans s’inquiéter de son remboursement, puisque cela ne surviendra qu’après sa graduation et selon un échéancier prévu. Les provinces peuvent offrir certains types de financement. N’hésitez pas à vérifier auprès de votre gouvernement. Bourses d’études. Les étudiants qui se démarquent pourraient demander une bourse d’études. Scholarships Canada et le site web des bourses du gouvernement canadien sont un bon point de départ. Les conseillers de carrière à l’école secondaire sont bien au fait des programmes et des bourses disponibles, et ils peuvent même vous aider à remplir la demande. Revenus d’emploi. Nombreux étudiants ont épargné durant l’été ou travaillent à temps partiel pendant leurs études. Vous pouvez leur donner des conseils de carrière en fonction de leur expérience, de leurs compétences et de leurs intérêts. Rappelez-leur qu’il est certes important d’épargner de l’argent pour leurs études, mais que celles-ci doivent avoir préséance sur leur travail et qu’ils doivent prévoir suffisamment de temps, notamment, pour les classes, les études et les travaux.
Tirez parti des taux d’intérêt élevés

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 8 août 2023 Les banques centrales du Canada et des États-Unis ont procédé à un relèvement audacieux des taux au cours de la dernière année afin d’endiguer l’inflation, et ce, au grand détriment des emprunteurs. En revanche, les niveaux élevés des taux d’intérêt offrent une belle occasion pour les épargnants et les investisseurs avertis qui souhaitent accroître leur potentiel de rendement. Voici six façons de tirer le maximum des taux d’intérêt élevés : Les actions des banques : Règle générale, les banques dégagent des profits supérieurs lorsque l’écart augmente entre les intérêts qu’elles versent aux prêteurs et ceux qu’elles imputent aux emprunteurs. Les écarts ne peuvent s’accroître autant quand les taux sont bas. Les actions de sociétés énergétiques : L’inflation s’applique à la grande majorité des produits, y compris l’énergie. Évidemment, d’autres facteurs (comme l’offre et la demande) ont une incidence sur les prix de l’énergie, mais les prix du pétrole et du gaz sont bien avantagés en cette période d’inflation forte, d’où notre intérêt pour les actions de l’énergie. Les actions de « fixeurs de prix » : Certaines entreprises peuvent transférer la hausse du coût de production aux consommateurs sans nuire outre-mesure à leurs ventes et à leur rentabilité. Plusieurs d’entre elles (les épiciers et les pharmacies, par exemple) appartiennent au secteur de la consommation de base. Les titres à taux variable : Comme le nom l’indique, le taux de rendement de ces titres augmente ou diminue en fonction de l’évolution globale des taux d’intérêt. Les obligations à rendement réel : Émises par le gouvernement, ces obligations sont indexées à l’indice des prix à la consommation (IPC), lequel suit le taux d’inflation sur les principaux biens et services. Elles versent un taux correspondant à celui de l’IPC, ce qui offre une certaine protection contre l’inflation. Produits d’épargne : Les épargnants peuvent recourir à des certificats de placement garantis, des comptes d'épargne à intérêt élevé et des fonds du marché monétaire pour obtenir un revenu additionnel. Puisque le revenu généré par ces produits est indexé au taux de politique de la banque centrale, les épargnants sont avantagés en période de taux d’intérêt élevés. Communiquez avec votre conseiller en placement afin de maximiser le positionnement de votre portefeuille dans cette conjoncture de taux d’intérêt élevés.
Profitez de l’été sans dépenser outre mesure

de lecture

Par iA Gestion privée de patrimoine, le 22 juin 2023 L’été est arrivé! Vive l’été avec ses journées et soirées plus chaudes - idéales pour passer du temps au grand air, voyager ou se retrouver en famille et entre amis. Bien qu'il soit tentant de faire de multiples activités pendant ces journées ensoleillées estivales, il est important que vous ne perdiez pas de vue vos finances. Il suffit de peu de choses pour faire dérailler un budget. Le coût d’un ou de deux voyages, de repas ou de consommations sur les terrasses des restaurants et aussi d'occasions spéciales comme les mariages, les concerts et les événements sportifs peut s’accumuler rapidement. Bien sûr, cela ne veut pas dire que vous ne devriez pas profiter de l'été, car qui ne veut pas profiter des quelques précieuses semaines de beau temps que l’ont réussi à avoir au Canada? Il suffit d'être réaliste, d’être conscient de ses dépenses et de ne pas perdre de vue ses objectifs financiers. Voici cinq conseils simples pour un été respectueux de son budget : Créez un calendrier d'été. Vous ne pouvez pas planifier chaque jour, car les circonstances changent et toute la planification possible ne saurait tenir compte des surprises qui ne manqueront pas de survenir. Cependant, vous pouvez noter les dates clés qui sont certaines, comme les vacances, les mariages ou les camps d'été pour les enfants. Déterminez vos coûts. Une fois que vous avez identifié les activités clés de votre calendrier estival, faites une estimation du coût de chacune d'entre elles. Il sera plus facile d’évaluer le coût de certaines activités plus que certaines autres, mais faites de votre mieux. Additionnez ensuite les dépenses et comparez le total au montant que vous pouvez raisonnablement consacrer à ces événements tout en respectant vos autres obligations financières, notamment en épargnant et en investissant pour l'avenir. Effectuez les redressements nécessaires. Si vous êtes comme la plupart des gens, votre liste de souhaits pour l'été peut dépasser l'argent dont vous disposez. Ce n'est pas bien grave - tout le monde doit revoir sa liste de temps à autre si le budget global l'exige. Vous devrez peut-être prendre des décisions pour respecter votre budget, ce qui nous amène au point suivant. Élaborez un plan de dépenses. Si vous ne pouvez pas tout faire sans trop dépenser, établissez un plan de dépenses adapté à votre budget. Par exemple, si les dépenses de vacances sont élevées, envisagez d'autres destinations, raccourcissez la durée de votre voyage ou réduisez les activités que vous aviez prévues. De même, si vous avez été invité à plusieurs mariages, assistez à ceux qui sont les plus importants pour vous (famille immédiate ou amis proches) et prêtez attention au coût des cadeaux. Au cours de cet exercice, n'oubliez pas les dépenses récurrentes qui peuvent augmenter en été, comme votre facture d'électricité lorsque le climatiseur fonctionne, ou votre facture de carburant si vous conduisez davantage. De plus, votre facture de consommation d'eau peut augmenter si vous avez un jardin ou une pelouse, ou si la douche est plus utilisée pendant les mois les plus chauds. Envisagez des solutions de rechange. Si vous êtes prêt à faire preuve de souplesse, vous pouvez passer un bel été tout en respectant votre budget. Par exemple, évitez les destinations typiques des voyages d'été qui sont excessivement dispendieuses en raison de la forte demande. En revanche, les voyages en période creuse sont plus abordables. De nombreuses régions de l'Asie ont des étés plutôt pluvieux qui éloignent les touristes, tandis que les régions tropicales comme Hawaï et les Caraïbes sont très chaudes en été. Ne laissez pas les conditions météorologiques défavorables vous empêcher d'explorer toutes les beautés et tous les plaisirs qu'offrent ces destinations. Rester sur place et faire quelques excursions d'une journée peut également être divertissant pour la famille, et ce, sans dépasser votre budget. Pensez également à explorer la nature en faisant une belle promenade ou une randonnée, en allant à la plage, en campant, en assistant à des festivals en plein air ou en organisant un pique-nique dans un parc. Avec un peu d'imagination, vous et votre famille pouvez trouver de nombreuses idées pour profiter de l'été avec un budget raisonnable. Communiquez avec votre conseiller auprès de iA Gestion privée de patrimoine au sujet de votre plan patrimonial et pour savoir comment les activités estivales peuvent s'intégrer dans votre budget global.